Un "certificat vert numérique" pour voyager en Europe

Un "certificat vert numérique" pour voyager en Europe
Partagez

Pour permettre les déplacements dans l’Union européenne, la Commission européenne a proposé le 17 mars la création d’un certificat vert numérique. Il devrait être fonctionnel d’ici au début de l’été, et permettre la levée des restrictions existantes au sein de la zone européenne. L’Islande, la Suisse, la Norvège et le Liechtenstein se sont unis au projet de la Commission, qui doit encore obtenir l’aval du Parlement européen et des Etats membres.

Un passeport sécurisé

Ce “passeport” permettra de pouvoir franchir les frontières des pays européens. Il pourra être délivré aux personnes : 

  • vaccinées contre la Covid-19,
  • négatives au test PCR
  • immunisées suite à une infection.

Doté d’un QR code, le passeport sera consultable sur un smartphone ou sur un document papier.

La Commission s’engage à respecter les données privées des utilisateurs de ce passeport. D’une part, le passeport ne contiendra que les informations strictement nécessaires et ne sera consulté que pour confirmer la validité du document certifiant que la personne n’est pas atteinte du coronavirus. D’autre part, les informations contenues dans le document ne seront pas conservées par les pays de destination.

Quels vaccins seront-ils valables ?

Le passeport prendra en compte tous les vaccins autorisés dans l’UE. Cela comprend :

  • Pfizer/BioNTech
  • Moderna
  • AstraZeneca
  • Johnson & Johnson

Les États membres pourront également accepter d’autres préparations (Sinopharm et Spoutnik V notamment).

En outre, les pays de l’UE  disposeront également de la faculté de l’appliquer, s’il y a lieu, à d’autres activités : accès aux restaurants, spectacles, etc. Enfin, l’utilisation de cet outil sera provisoire jusqu’à ce que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) déclare la fin de la pandémie.

Rédacteur : CRIJ/CIED - Raphaëlle C.
Date création : 07/04/2021