L'Europe soutient la digitalisation des musées de Reims

L'Europe soutient la digitalisation des musées de Reims
Partagez

Au lendemain de la réouverture des musées sur le territoire français, nous sommes allés à la rencontre de Georges Magnier, directeur des musées de la ville de Reims, pour qu’il nous parle du projet ambitieux de musée numérique. Son objectif : rendre accessible en ligne en open data les collections des musées rémois. Un projet soutenu à hauteur de 40% par des fonds européens, en accord avec les priorités de la Commission européenne.

Observer des chefs d’œuvres depuis chez soi

Depuis décembre 2020, des milliers de visiteurs ont pu profiter des œuvres des musées de Reims depuis leur ordinateur, smartphone ou tablette. La fermeture des musées jusqu’en mai 2021 à cause de la crise sanitaire a donné toute sa pertinence à la mise en place de ce projet, cofinancé par l’Union européenne à travers sa politique de cohésion. Aujourd’hui, ce sont près de 15 000 œuvres des musées des Beaux Arts, Le Vergeur, Saint-Remi, mais aussi de la chapelle Fujita, qui sont disponibles sur le site des musées de Reims.

Une initiative de la Ville de Reims

A l’initiative de ce projet, les élus de la ville de Reims ont répondu à un engagement de campagne : le développement des outils numériques des établissements culturels municipaux. Une veille a permis d’identifier deux dispositifs, un national et un européen, qui ont financé le projet.

Pour un financement total estimé à 60 000 euros en 2020, la ville de Reims a pu s’appuyer sur un soutien extérieur pour 75% du budget du projet Musée numérique. La ville a obtenu un financement national avec l’appel à projet « Numérisation et valorisation des contenus culturels » du ministère de la Culture, finançant 35% du projet la ville a sollicité le Fonds européen de développement régional (FEDER) en passant par la région Grand Est, par qui transitent les fonds régionaux européens, pour une prise en charge de 40% du financement total du projet.

Valoriser les œuvres non exposées autrement une banque d’images

Une double demande a engendré le projet. D’une part, il s’agissait de valoriser la disponibilité de données dématérialisées sur les œuvres des musées rémois. En effet, la ville dispose d’une base de données conséquente sur ses œuvres. Il y a déjà en ligne une sélection de 15 000 œuvres, avec comme objectif ambitieux d’atteindre les 100 000 œuvres d’ici 2025. L’idée est de partager au grand public ces œuvres, qui ne sont pas forcément visibles toute l’année dans les musées de la ville.

D’autre part, le projet de musée numérique répond à une autre attente du public : découvrir les musées autrement. Le site propose des collections et visites ludiques, permettant d’aborder la culture sous un autre angle.

Des retombées positives : se positionner comme leader de l’open data des musées en France

A échelle nationale, peu de communes se sont tant engagées dans la démarche de l’accessibilité en ligne des collections de leurs musées, ce qui a permis à Reims de se positionner comme une ville novatrice dans le domaine de l’open content des contenus culturels. Et le public est au rendez-vous de cette innovation : le site des musées a connu une augmentation de son flux de visiteurs significative, atteignant 10 000 à 18 000 visiteurs par mois.

La prochaine étape ? Pourquoi pas un développement à l’international avec la traduction des fiches d’informations sur les œuvres, ce qui permettrait aux collections rémoises de faire partie des bases de données internationales, accroissant considérablement leur visibilité. Mais également un projet de visualisation des œuvres en 3D. A suivre…

La numérisation, une des priorités de la politique de cohésion de l’Union européenne

Le numérique est l’une des priorités de l’Union, notamment depuis la présidence d’Ursula von der Leyen à la Commission européenne. La Commission est déterminée à faire de la décennie qui s’ouvre la «décennie numérique» de l’Europe. Cet axe est repris par la politique de cohésion de l’Union, qui passe notamment par la mise à disposition de fonds à travers des appels à projets. C’est dans ce cadre que la ville de Reims a sollicité le fonds FEDER pour son projet de musée numérique, en répondant à l’appel à projet  « Accès aux informations du secteur public ».

En ce qui concerne la prochaine programmation de la politique de cohésion 2021-2027, la numérisation conserve une place de choix parmi les priorités de la Commission : La plus grande partie des investissements de développement régional sera concentrée sur deux objectifs, dont celui d’atteindre une “Europe plus intelligente, grâce à l’innovation, à la numérisation, à la transformation économique et au soutien aux petites et moyennes entreprises”.

Rédacteur : CRIJ/Europe Direct - Melek G.
Date création : 09/06/2021