La stratégie en faveur de l'égalité entre les hommes et les femmes : vers une Union de l'égalité

La stratégie en faveur de l'égalité entre les hommes et les femmes : vers une Union de [...]
Partagez

C’est ce jeudi 5 mars 2020 que la Commission européenne a présenté sa stratégie en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes en Europe. Bien que l’UE soit un acteur mondial de premier plan en matière d’égalité hommes-femmes et qu’elle ait considérablement progressé au cours des dernières décennies, la violence et les stéréotypes sexistes persistent : dans l’UE, une femme sur trois a déjà subi des violences physiques et/ou sexuelles. Alors que les femmes sont de plus en plus nombreuses à sortir diplômées des universités, elles gagnent en moyenne 16 % de moins que les hommes et ne représentent que 8 % des P.D.G. des plus grandes entreprises de l’UE.

Fiche d’information “Stratégie de la Commission européenne en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes”

Pour y remédier, la stratégie en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes 2020-2025 définit des mesures clés pour les 5 prochaines années et s’engage à veiller à ce que la Commission intègre une perspective d’égalité dans tous les domaines d’action de l’UE.

Actions concrètes pour l’égalité 2020-2025

Jusqu’à présent, aucun État membre de l’UE n’a encore atteint l’égalité entre les femmes et les hommes. Les progrès sont lents tandis que les écarts entre les femmes et les hommes persistent en matière d’emploi, de rémunération, de tâches familiales et de retraite. Pour combler ces lacunes et permettre à l’Europe de réaliser tout son potentiel dans le monde des affaires, en politique et dans la société, la stratégie définit un ensemble d’actions clés, parmi lesquelles: mettre fin à la violence et aux stéréotypes sexistes; garantir une égalité de participation et de chances sur le marché du travail, y compris l’égalité salariale; et parvenir à un équilibre entre les femmes et les hommes dans la prise de décision et la politique.

  • Dans l’UE, 33 % des femmes ont déjà subi des violences physiques et/ou sexuelles, tandis que 55 % ont été victimes de harcèlement sexuel. Les femmes en Europe doivent être libérées de la violence et des stéréotypes préjudiciables. Pour y parvenir, la stratégie préconise l’adoption de mesures juridiques afin de criminaliser la violence à l’égard des femmes. La Commission a notamment l’intention d’étendre les domaines de criminalité dans lesquels l’harmonisation est possible à l’échelle européenne à des formes spécifiques de violence contre les femmes, dont le harcèlement sexuel, la maltraitance des femmes et les mutilations génitales féminines. En outre, la Commission proposera une législation sur les services numériques afin de préciser quelles mesures les plateformes doivent prendre pour lutter contre les activités illégales en ligne, y compris la violence en ligne ciblant les femmes.
  • Dans l’UE, les femmes gagnent en moyenne 16 % de moins que les hommes et continuent de se heurter à des obstacles pour accéder au marché du travail et y rester. L’égalité entre les femmes et les hommes représente une condition indispensable aux fins d’une économie européenne innovante, compétitive et prospère. Vu les défis démographiques, la transition verte et la transition numérique, aider les femmes à trouver un emploi dans des secteurs confrontés à des pénuries de compétences, en particulier dans les domaines de la technologie et de l’intelligence artificielle, aura des effets positifs sur l’économie européenne. Afin de remédier à l’inégalité salariale, la Commission lance aujourd’hui une consultation publique sur la transparence des rémunérations et proposera des mesures contraignantes d’ici la fin de 2020. Pour que les femmes puissent s’épanouir sur le marché du travail, la Commission redoublera également d’efforts pour faire appliquer les normes de l’UE en matière d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, le but étant d’offrir un vrai choix aux hommes et aux femmes pour se développer à égalité, sur le plan tant personnel que professionnel. L’égalité entre les femmes et les hommes sur le marché du travail et les dimensions relatives à l’inclusion sociale et à l’éducation continueront de faire l’objet d’un suivi dans le cadre du Semestre européen.
  • Les femmes restent sous-représentées dans les postes de direction, y compris au sein des plus grandes entreprises de l’UE qui ne comptent que 8 % de femmes parmi leurs P.D.G. Pour permettre aux femmes d’occuper des fonctions de direction dans le milieu des affaires, la Commission travaillera à l’adoption de la proposition de 2012 concernant l’équilibre hommes-femmes au sein des conseils d’administration. Elle encouragera également la participation des femmes à la vie politique, notamment lors des élections européennes de 2024, y compris moyennant des financements et un partage des meilleures pratiques. Afin de montrer l’exemple, la Commission s’efforcera de parvenir à un équilibre hommes-femmes de 50 % à tous les niveaux de sa propre hiérarchie d’ici à la fin de 2024.

La dimension hommes-femmes sera prise en compte dans toutes les politiques de l’UE

Sous la direction de la commissaire chargée de l’égalité, Helena Dalli, et avec le soutien d’une nouvelle task force pour l’égalité, la Commission intégrera la dimension hommes-femmes, que l’on appelle aussi dimension de genre, dans toutes les politiques et initiatives majeures de l’UE. Les principaux défis auxquels l’UE est confrontée aujourd’hui – y compris le changement climatique et la transformation numérique – présentent une dimension hommes-femmes. Les objectifs de la stratégie en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes se traduiront également en actions de l’UE à travers le monde, en vue de promouvoir l’émancipation des femmes et de lutter contre la violence sexiste.

Rédacteur : CRIJ/CIED - Raphaël P.
Date création : 06/03/2020
Mots clés : l’égalité entre les femmes et les hommes

tristique mi, eget Lorem Aliquam tempus