Europe, ce qui va changer en 2019

Europe, ce qui va changer en 2019
Partagez

2019 sera une année de changements institutionnels forts pour l’Union européenne. Elections européennes, Brexit sont deux sujets majeurs pour cette nouvelle année, mais il y en a d’autres…

Alors, pour commencer cette année, nous vous proposons de faire un tour des changements qui vont avoir lieu dans la sphère européenne :

Nouveaux députés européens : de 751 à… 705 !

Suite au Brexit, le nombre de députés européens passera de 751 à 705. 46 des 73 sièges britanniques libérés resteront disponibles pour un éventuel élargissement de l’UE et les 27 restants seront redistribués entre 14 pays de l’UE qui sont sous-représentés actuellement au regard de leur démographie. C’est le cas de la France et de l’Espagne, qui gagnent 5 sièges. 12 autres États obtiennent des sièges supplémentaires, tels que l’Italie (+3), les Pays-Bas (+3) ou l’Irlande (+2).

Découvrez la nouvelle répartition des sièges après le scrutin de mai prochain, qui se tiendra entre le 23 et le 26 mai selon les pays, et qui changera également les visages et la couleur politique de l’assemblée européenne.

2019 sera donc l’année du renouvellement du président du Parlement européen. L’italien Antonio Tajani, qui avait été élu pour deux ans et demi en 2017, devrait soumettre à nouveau sa candidature après son premier terme  au Parlement européen s’il souhaite continuer à exercer son rôle de Président. Il devrait ensuite être élu par les 705 nouveaux députés européens. 

Un nouveau collège de commissaires européens

Qui dit renouvellement du Parlement dit, dans la foulée, renouvellement de la Commission européenne. En effet, la durée du mandat de la Commission est de cinq ans, pour la faire coïncider avec la durée de la législature du Parlement européen. Ainsi, l’équipe Juncker laissera la place à une nouvelle équipe dès novembre 2019.

Plusieurs interrogations subsistent quant à sa future composition.

Le traité de Lisbonne prévoyait qu’à partir du 1er novembre 2014, la Commission serait composée d’un nombre de membres correspondant aux 2/3 du nombre d’Etats membres, sauf si le Conseil européen en décidait autrement à l’unanimité. Or, suite au rejet du traité par l’Irlande en juin 2008 et pour faciliter la tenue d’un second référendum, les conclusions du Conseil européen de décembre 2008 (réitérées en juin 2009) prévoient de faire en sorte que le nombre de commissaires reste égal à un par Etat membre.

Par ailleurs, les résultats des élections européennes de mai auront des conséquences sur le choix du futur président de la Commission européenne et donc sur le choix du collège de commissaires européens. En 2014, les élections européennes avaient conduit Jean-Claude Juncker, tête de liste du parti vainqueur, à occuper la présidence de la Commission. En 2019, cette nomination obéira-t-elle aux mêmes règles ? Réunis en session plénière en février 2018, les eurodéputés ont réaffirmé leur attachement au principe du « Spitzenkandidaten », la nomination de la tête de liste du parti vainqueur aux élections européennes comme président de la Commission, contrairement au Conseil européen (les Etats membres) qui récuse le caractère automatique de ce choix. Un bras de fer pourrait s’engager entre le Conseil et le Parlement, ce dernier ayant même annoncé qu’il rejetterait toute personnalité proposée par le Conseil européen qui n’aurait pas été chef de file pour les élections…

La fin de la présidence de Donald Tusk du Conseil européen

Après avoir été réélu en 2017, l’ex premier ministre polonais Donald Tusk devrait laisser la place à un nouveau président en 2019. Élu directement par le Conseil européen (les chefs d’Etat et de gouvernement des Etat Membres) il est le représentant principal des Etats membres pour les Institutions européennes. 

Les présidences tournantes du Conseil de l’Union européenne

Enfin, en 2019, les deux pays à l’honneur au sein du Conseil de l’Union européenne (ou Conseil des ministres) seront la Roumanie (de janvier à juin) et  la Finlande (juillet à décembre). Les deux Etats membres se repartiront la présidence du Conseil de l’Union européenne à tour de rôle, assurant l’organisation de l’ensemble des réunions des formations du Conseil de l’UE (la deuxième Institution ayant le droit de vote, avec le Parlement européen).

3 nouvelles « capitales européennes » 

Matera, en Italie, et Plovdiv en Bulgarie sont les nouvelles Capitales européennes de la Culture 2019.
La capitale européenne de la Jeunesse sera cette année Novi Sad, en Serbie. 
Le titre de « Capitale européenne de la Jeunesse » (CEJ) est un titre décerné par le Forum européen de la Jeunesse à une municipalité européenne pour une période d’une année. Il est conçu pour responsabiliser les jeunes, stimuler leur participation, et renforcer l’identité européenne.

Rédacteur : CRIJ/CIED - Angela L.
Date création : 08/01/2019
Mots clés : 2019, europe

justo mi, consequat. lectus ut diam dolor. Aliquam eleifend