Emploi, formation, pauvreté : les grands objectifs des Vingt-Sept pour l'Europe sociale

Emploi, formation, pauvreté : les grands objectifs des Vingt-Sept pour l'Europe sociale
Partagez

Le Sommet social de Porto, le point phare de la présidence portugaise du Conseil

Les 7 et 8 mai 2021 s’est déroulé le Sommet social de Porto dans le cadre de la présidence portugaise du Conseil de l’Union européenne. Cette rencontre européenne avait pour objectif de déterminer les orientations de l’Union en terme de politique sociale pour les années à venir. Les engagements phares du sommet sont les suivants :

  1. au moins 78 % des personnes âgées de 20 à 64 ans devraient avoir un emploi;
  2. au moins 60 % des adultes devraient participer à des activités de formation chaque année;
  3. le nombre de personnes menacées de pauvreté ou d’exclusion sociale devrait diminuer d’au moins 15 millions, dont au moins 5 millions d’enfants.

Le Sommet est un moment charnière pour les droits sociaux en Europe, à l’heure où les partenaires sociaux et la société civile exhortent les chefs d’État ou de gouvernement de l’UE à approuver le plan d’action et ses grands objectifs et à fixer des objectifs nationaux ambitieux à même de contribuer à atteindre les objectifs européens.

“Il est temps de produire des résultats”

Dans cet engagement conjoint, les signataires se félicitent du plan d’action sur le socle européen des droits sociaux présenté par la Commission début mars, qui définit des actions concrètes visant à poursuivre la mise en œuvre des 20 principes du socle. Ce plan d’action propose également de grands objectifs en matière d’emploi, de compétences et d’inclusion sociale à l’échelle de l’UE qui devraient être atteints d’ici à 2030. Il aidera l’Europe à faire face aux transformations induites par l’évolution de la société, des technologies et de l’économie et par les conséquences socio-économiques de la pandémie, et permettra de faire en sorte que personne ne soit laissé pour compte dans la double transition numérique et écologique.

Gros plan sur l’emploi, les compétences, la lutte contre la pauvreté et la diminution de l’exclusion sociale

La pandémie de COVID-19 a eu une incidence socio-économique profonde et lourde de conséquence. Si la réponse collective des États membres et de l’UE a contribué jusqu’à présent à préserver l’emploi et les moyens de subsistance ainsi qu’à contenir de nombreux effets négatifs de la pandémie, le chômage et les inégalités risquent toutefois de persister et d’augmenter. Les participants à la conférence de haut niveau appellent donc les dirigeants de l’UE à affecter des ressources là où elles sont le plus nécessaires.

 

Visuel : Copyright Union européenne 2021

Rédacteur : CRIJ/CIED - Raphaëlle C.
Date création : 03/06/2021