100 millions d'euros en faveur des réfugiés et des communautés locales au Liban, en Jordanie et en Iraq

100 millions d'euros en faveur des réfugiés et des communautés locales au Liban, en [...]
Partagez

Communiqué de presse de la Commission européennes

L’UE, par l’intermédiaire du fonds fiduciaire régional en réponse à la crise syrienne, a adopté un nouveau train de mesures d’aide d’un montant de 100 millions d’euros pour soutenir la résilience des réfugiés, des personnes déplacées à l’intérieur du pays et des communautés d’accueil au Liban, en Jordanie et en Iraq. À cet effet, les systèmes de fourniture des services publics, l’accès à l’enseignement supérieur et les services de protection de l’enfance seront renforcés et améliorés.

Un montant de 1,6 milliard d’euros sur l’enveloppe totale de 1,8 milliard d’euros débloquée par le fonds fiduciaire de l’UE est ainsi affecté au financement d’actions concrètes en faveur des réfugiés et des pays d’accueil.

Johannes Hahn, commissaire chargé de la politique européenne de voisinage et des négociations d’élargissement, a déclaré: « L’Union tient ses engagements. Cette aide supplémentaire de 100 millions d’euros permettra au fonds de continuer à aider les réfugiés à devenir plus autonomes sur le plan économique. L’accès à des activités génératrices de revenus leur permet de prendre leur destin en main, de subvenir à leurs propres besoins et de préserver leur dignité. Dans le même temps, nous soutenons les communautés d’accueil et les voisins de la Syrie dans leurs efforts pour développer leurs économies tout en relevant les défis liés au conflit encore en cours».

Le nouveau train de mesures d’un montant de 100 millions d’euros se décompose comme suit:

  • 55 millions d’euros destinés à soutenir la résilience des réfugiés, des personnes déplacées à l’intérieur du pays, des rapatriés et des communautés d’accueil au Liban, en Jordanie et en Iraq;
  • 28,4 millions d’euros pour l’accès à l’enseignement supérieur des réfugiés et des jeunes en situation de vulnérabilité au sein des communautés d’accueil au Liban, en Jordanie et en Iraq;
  • 12,5 millions d’euros destinés à fournir des services de protection aux enfants et aux femmes victimes de violences à caractère sexiste au Liban;
  • 3,6 millions d’euros pour maintenir et renforcer le cadre de suivi et d’évaluation horizontal du fonds fiduciaire.

Ces mesures d’aide ont été adoptées par le comité de gestion du fonds fiduciaire de l’UE, qui réunit la Commission européenne, quinze États membres de l’UE et la Turquie. Parmi les observateurs au comité de gestion figurent des membres du Parlement européen ainsi que des représentants de l’Iraq, de la Jordanie, du Liban, de la Banque mondiale et du Fonds pour le redressement de la Syrie.

Le fonds fiduciaire de l’UE en est à sa cinquième année de mise en œuvre mais la crise syrienne est loin d’être terminée. Au fil du temps, les besoins ont changé, et le fonds, dont l’objectif était au départ d’apporter une aide de redressement rapide destinée avant tout à répondre aux besoins fondamentaux des personnes touchées par la crise en Syrie, vise aujourd’hui essentiellement à doter les réfugiés et les communautés locales des outils et des compétences nécessaires à une plus grande autonomie. Le fonds met également l’accent sur le renforcement des systèmes nationaux de fourniture des services publics afin de subvenir aux besoins des réfugiés et des communautés locales à plus long terme. À l’heure actuelle, 67 projets ont été confiés à des partenaires chargés de la mise en œuvre sur le terrain.

Contexte

Depuis sa création en décembre 2014, le fonds fiduciaire régional de l’UE en réponse à la crise syrienne compte pour une part importante dans l’aide que l’UE apporte aux réfugiés syriens ainsi qu’aux pays voisins de la Syrie pour faire face à la crise des réfugiés. Ce fonds renforce l’aide intégrée de l’UE en réponse à la crise et s’attache principalement à développer la résilience à long terme et l’autonomie des réfugiés syriens tout en allégeant la pression pesant sur les communautés d’accueil et leurs administrations dans les pays voisins, notamment en Iraq, en Jordanie, au Liban et en Turquie.

Il sous-tend également les pactes de l’UE conclus avec la Jordanie et le Liban pour mieux les aider à faire face à la longue crise des réfugiés. Le nouveau train de mesures adopté porte à 522 millions, plus de 500 millions et plus de 300 millions d’euros les montants respectivement dégagés pour le Liban, la Turquie et la Jordanie en quatre ans d’activité du fonds, soit beaucoup plus qu’initialement prévu.

Globalement, un montant de 1,8 milliard d’euros a été mobilisé (budget de l’UE et contributions de 22 États membres de l’UE et de la Turquie). La quasi-totalité de ce montant a été affectée à des actions spécifiques visant à financer des projets concrets d’aide aux réfugiés et aux pays d’accueil.

Les programmes du fonds fiduciaire soutiennent l’éducation de base et la protection des enfants réfugiés, la formation et l’enseignement supérieur, l’amélioration de l’accès aux soins de santé, l’amélioration des infrastructures de distribution d’eau et de traitement des eaux usées, ainsi que la résilience, l’autonomisation des femmes, la lutte contre les violences à caractère sexiste, les possibilités économiques et la stabilité sociale. Le fonds couvre également le soutien aux personnes déplacées à l’intérieur de l’Iraq, ainsi que le soutien, dans les Balkans occidentaux, aux pays tiers touchés par la crise des réfugiés.

Rédacteur : CRIJ/CIED - Angela L.
Date création : 28/06/2019

felis elit. at Phasellus ut dictum